Financer votre formation

Financer votre formation

La formation professionnelle continue (FPC) concerne les personnes déjà engagées dans la vie professionnelle ou qui souhaitent s’y engager.

Différents statuts sont concernés :

    • salarié du secteur privé
    • travailleur indépendant
    • agent de la fonction publique
    • demandeur d’emploi
    • sportif de haut niveau

 En fonction du statut et de l’âge, la formation peut être prise en charge par :

    • l’employeur
    • les institutions publiques : l’État, les Régions et Départements, Pôle emploi…
    • un organisme collecteur (OPCA) : Fongécif, Agefos PME, Opcalia…

 La formation peut être prise en charge dans le cadre de différentes mesures :

    • Plan de formation, Période de professionnalisation
    • Compte Personnel de Formation (CPF)
    • Congé de formation (CIF)
    • contrat aidé (CAE, contrat d’avenir, contrat de professionnalisation, contrat d’apprentissage)
    • chèque-formation, chèque 2ème chance
    • projet personnalisé d’accès à l’emploi (PPAE), préparation opérationnelle à l’emploi (POE)
    • fonds départemental d’aide aux jeunes

Je suis salarié d’une association sportive

Tous les employeurs sont légalement tenus de participer au financement de la formation professionnelle de leurs salariés. Les clubs employeurs n’y échappent pas et doivent verser, chaque année, une contribution auprès d’un organisme agréé par l’Etat (OPCA) à cet effet. 

En vertu de la loi, le salarié d’un club selon son âge et son contrat de travail, peut effectuer une demande de formation soit dans le cadre du plan de formation, soit dans le cadre de la période de professionnalisation. La demande est faite par l’employeur auprès de l’OPCA.

La formation peut concerner l’acquisition de nouvelles compétences ou l’adaptation à un nouveau poste.

Pour en savoir plus

Je suis salarié d’une entreprise

Tous les employeurs sont légalement tenus de participer au financement de la formation professionnelle de leurs salariés. Ils cotisent donc à un organisme agréé par l’Etat (OPCA) à cet effet.

Le salarié d’une entreprise peut effectuer une demande de Congés Individuel de Formation (CIF) pour une période de formation longue et un Droit Individuel de Formation (DIF) pour une formation de moins de 20 heures.

Pour faire valoir son droit au CIF, le salarié doit :

  • Justifier d’une activité salariée d’au moins 24 mois, dont 12 dans l’entreprise,
  • Respecter un délai de franchise depuis la fin du CIF précèdent (Il est compris entre 6 mois minimum et 6 ans maximum),
  • Obtenir une demande d’autorisation d’absence auprès de son employeur avant le début de la formation. La loi fixe un délai de dépôt de 60 ou 120 jours selon la durée et le déroulement du stage.

L’employeur dispose pour sa part d’un délai de 30 jours pour répondre à la demande, à compter de sa réception. Il ne peut refuser l’autorisation d’absence qu’aux salariés ne remplissant pas les conditions d’ouverture de droits au congé formation. L’employeur peut cependant, dans certains cas, reporter dans le temps la satisfaction du congé pour des raisons de service ou d’effectifs simultanément absents.

Le congé de formation correspond à la durée du stage, sans pouvoir excéder un an si la formation est à temps plein en continu (durée hebdomadaire supérieure ou égale à 30 heures) ou 1200 heures si la formation se déroule à temps partiel ou à temps plein en discontinu.

Certaines branches professionnelles peuvent fixer des durées supérieures à ces plafonds.

Pour en savoir plus

Je suis sans emploi

Différents dispositifs publics permettent aux « sans emploi » de bénéficier de la prise en charge totale ou partielle d’une formation professionnelle.

Il est possible, selon certains critères d’éligibilité, de faire prendre en charge par le Pôle Emploi, les Missions Locales, la Région, une action de formation destinée à aider à retrouver un emploi.

Pour en savoir plus